Air France: La fin officielle de Joon et développement de Transavia

Joon, une compagnie aérienne hybride et millénial, cesse ses opérations après une année et demi, pour disparaitre des radars officiellement depuis le 26 juin 2019.

Comme déjà annoncé, la compagnie tricolore récupère les lignes en code AF et les 6 Airbus A320, 5 A321 et 4 A340-300, qui seront progressivement repeints ces prochains mois aux couleurs d’Air France. Les pilotes avaient obtenu leur embauche sous contrat Air France, les deux compagnies “ ont fait le maximum pour que la fusion se fasse dans les meilleures conditions, et ça a été réussi”…tous les hôtesses et stewards ont été reçu individuellement par l’encadrement Air France pour être affecté par la suite, chacun dans son secteur.

Par ailleurs, le SNPL d’Air France compte lancer un référendum sur le développement de Transavia, en mettant en œuvre un vote des adhérents pour ne plus tenir du plafond de 40 avions. Ce projet prévoit un développement sans limite pour Transavia, qui s’effectuera de ses bases  d’Orly, Nantes et Lyon. Selon, latribune, ce référendum sera lancé une fois que le projet d’accord sera finalisé.

La flotte de Transavia sera composée d’avion monocouloirs, avec des trajets qui ne dépassent pas les 3000 miles nautiques. les pilotes d’Air France devraient chez Transavia en gardant le même système de rémunération d’Air France…ce qui ne plait pas aux pilotes qui risquent d’entamer une grève prochainement!

Les pilotes anciens de Transavia sont 80 contre 350 détachés d’Air France, qui seront aussi contraints de signer un contrat Air France, ce qui leur fera perdre des années d’ancienneté et de leur séniorité. La direction propose une hausse de rémunération de 4 à 5% pour les commandants de bord et de 15% pour les copilotes en appliquant les règles d’ancienneté d’Air France, ce qui représente une hausse chez Transavia de 7 à 8%, mais cela n’apaise pas les choses pour autant!

« Ce projet va autoriser le développement de Transavia au détriment des pilotes historiques de Transavia », selon un délégué syndical du SPL, considérant que ce projet pourrait perturber la paix sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *